Chemin de fer de la Porte de la Villette © 2014 Face Au Fleuve. All rights reserved.

Chemin de fer de la Porte de la Villette

Canon EOS 7D + Canon EF-S 18-200mm f/3.5-5.6 IS (18.0mm, f/13.0, ISO200, 1/100s)
Post traitement avec DxO FilmPack 4 (effet Kodak TMax 400)

Chemin de fer de la Porte de la VillettePour une raison que j’ignore, j’ai toujours été attiré par les voies de chemin de fer. Ce qui peut paraître étrange, c’est que la plupart du temps, on s’intéresse aux trains, parce que, petits garçons, nous en recevons en cadeau, pour Noël ou pour un anniversaire. Ce ne fut jamais mon cas, du coup, les petits trains et autres maquettes ne m’ont jamais attiré plus que ça. Encore moins de nos jours, où les trains électriques, modelés pour être aérodynamiques me paraissent assez peu attrayants.

Ce qui m’attire vraiment dans le monde du train, c’est les voies de chemin de fer. Pourquoi, je l’ai écrit, je l’ignore. Pourtant, j’ai des souvenirs lointains des chemins de fer, qui sont tous liés à la ville de Longwy.

Plus jeune, j’y allais souvent. D’abord parce qu’enfant je vivais non loin de là, ensuite parce que je passais mes vacances dans la famille, proche de cette ville. Et ce que j’en ai le plus retenu, à part son marché, son Prisunic et son marchand de cervelas, sa sidérurgie, son rue entrante en épingle à cheveux, son central téléphonique de l’époque des opératrices, c’est ce chemin de fer qui semble couper la ville en deux.

Quand je dis qu’il coupe la ville en deux, c’est la ville dont je me souviens, qui s’étendait depuis ses limites avec Herserange jusqu’au Prisunic qui était situé dans la rue de Metz, celle montant vers Longwy Haut, que je me souviens avoir peu fréquenté ou visité. Il y avait surtout ce pont, dont j’ai un souvenir très précis, qui entre la rue Saint-Louis et la rue des Récollets enjambe cette voie ferrée. On s’y arrêtait souvent, là aussi pour une raison que j’ignore et on regardait les trains. Pour moi, au loin, avec les trains de la SNCB, c’était la Belgique, un autre monde, l’étranger, et ça me fascinait de voir les rails qui y menait.

Mais c’était il y a longtemps, et la ville a dû pas mal changé, il faudrait que j’y retourne, même si je n’y ai plus de famille.

En tout cas, depuis, je voue une certaine attirance à ce qui y ressemble de près ou de loin : le métro, les vieilles voies des TER, la Petite Ceinture,  et ce bout de chemin de fer situé Porte de la Villette, et qu’on peut apercevoir depuis le boulevard périphérique. Il est facile d’y accéder, plus que pour la Petite Ceinture, en tout cas. Ça n’est pas long, puisque ce bout de voie ferrée conduit de l’entrepôt de maintenance du métro d’Aubervilliers au réseau ferré du RER et du TGV. Mais je ne suis pas allé jusque là, je me le réserve pour la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*